Biographie

> Download CV (exhibitions & publications)
> Read the english version of statement & biography

Charlie Wayne est un artiste proche de l’art outsider, photographe et plasticien né en 1975 en France où il vit actuellement. Son enfance est marquée par de longues périodes durant lesquelles sa santé l’oblige à rester à la maison. Il comble le temps et la solitude par le dessin, la peinture, l’écriture et la musique. Mijò, Warhol, Baulelaire, Hitchcock et Joy division rythment ses journées.

Sa fascination pour la photographie nait des émotions vécues à 14 ans lors de la découverte du travail d’Anton Corbjin sur le World Violation Tour du groupe Depeche Mode. Il considère d’ailleurs qu’il naît artistiquement dans une petite ville froide et ouvrière de la banlieue de Londres.

Adolescent, ses parents lui offrent son premier appareil photo polaroïd d’où nait probablement son affection pour le format carré. Sa passion pour la musique le porte dans les salles de concerts où il gagne ses premières reconnaissances en tant que photographe. Pendant plus de 10 ans il apprivoise les contraintes du genre, lumière et instantané, qui marquent toujours aujourd’hui son travail. Son approche est singulière pour certains: bien que perfectionniste il capte l’instant qui s’impose à lui.

Menant une carrière scientifique et de consultant en blouse blanche et costumes « trop étroits », la création d’œuvres qu’il garde longtemps confidentielles est une échappatoire. Passage de province à Paris, découverte de New-York, collaborations artistiques, ses influences et inspirations évoluent au rythme de collaborations et temps forts d’une vie où crise d’adolescence tardive et crise de quarantaine précoce fusionnent…

Poursuivant la photographie, il concentre aujourd’hui son travail sur la création de portraits et oeuvres à double lecture qui questionnent les thématiques qui l’obsèdent dans son travail depuis toujours : la vie et la mort, les apparences et la réalité, l’identité, le mensonge et la vérité.

Dans ses yeux, Charles Manson, icône meurtrière starifiée apparaît composé du visage de ses victimes souvent reléguées au second plan médiatique, tandis que la mythique et érotique Marylin laisse apparaître les visages de la petite Norma Jeane, insouciante, avant qu’elle ne soit meurtrie par la célébrité et les hautes sphères d’influences politiques. Son travail s’inspire de la pop culture et séduit par un esthétisme « sombre new wave ».

Une plateforme d’art luxembourgeoise écrit à  son propos :

« Eclatante monstruosité ! Avec Monsters, Charlie Wayne réconcilie Boris Karloff et Bela Lugosi le temps d’un freakshow qui rend hommage aux grands monstres du cinéma. Il marque le noir et blanc qui fige l’histoire, d’un rouge vif évocateur. Une esthétique reprise dans un second acte, Killers, une série où le réel a rattrapé l’imaginaire. Il évoque, d’un portrait accusateur, les tueurs en série les plus célèbres. Des hommes et femmes passés à la postérité par leur horrible récital et la médiatisation à laquelle ils doivent paradoxalement une forme de gloire.

A travers son concept Over/Exposed , Charlie Wayne réaffirme que le monstre peut inspirer aussi bien l’effroi que la fascination.Et n’oublions pas que dans la culture populaire, un Wayne cache forcément une grande part d’obscurité. A découvrir. »

Derniers Évènements & expositions:

 

  • « Objectified », CICA Museum
    Exposition collective, Séoul (Gimpo), Corée du sud. Mars 2017.
  • « London contemporary art prize », Store street gallery
    Finaliste et exposition collective, Londres, UK. Février 2017.
  • « Oxygen – Fragmented identities », Jorge Jurado Gallery
    Exposition collective, Bogota, Colombie. Décembre 2016.
  • « Borders », International Art Festival
    Exposition collective, Venise, Italie. Novembre 2016.
  • « GemlucArt », sélection officielle
    Exposition Concours international d’art contemporain, Monaco. Octobre 2016.
  • « The face of freedom », Teutloff Museum
    Exposition collective, Bielefed, Allemagne. Juillet 2016.
  • « Angels : Marilyn », Artnolens
     Interview et oeuvre du mois, Luxembourg. Mai 2016.
  • « TAE collective show », Trygve Lie Gallery
     Exposition collective, New York City, USA. Avril 2016.
  • « The Teutloff Photo Award »
    Finaliste, Bielefed, Allemagne. Avril 2016.
  • « Charlie Wayne, Eclatante monstruosité », Artnolens
     Chronique, Luxembourg. Février 2016.
  • « Le plus grand concours photo du monde », Photo, le magazine
     Demi-finaliste. France. Janvier 2016.
  • « Occidere Mundi », Album d’A7ie et projection world tour
     Photographie et direction artistique. Advoxya Records. Octobre 2015.
  • « Confessions », Inspire Fine Art Magazine
     Publication top black and white photographie. USA. Septembre 2015.