Act 2 : Killers

« S’ils ne sont pas toujours beaux, les hommes voués au mal possèdent les vertus viriles. »
___
Jean Genet

La personnalité complexe des tueurs en série a toujours fasciné. Romans, films, télévision, certains sont aujourd’hui portés au rang de « héros », comme supérieurs au commun des mortels. Sans doute nous renvoient-ils à nos propres fantasmes et nos propres douleurs : comment ne pas envier la part d’eux qui semble n’avoir aucune pitié, ne pas souffrir et être au dessus des lois? Cette série propose de se souvenir de celles et ceux qui sont morts sous les coups de ces êtres humains pas tout à fait comme les autres. Chaque portrait présenté est composé de 10 000 reproductions des visages de leurs victimes, souvent reléguées au second plan médiatique. Ces « Killers » portent un bandeau rouge sang sur les yeux. Translucide, il semble imposer aux auteurs de ces crimes de faire face à leurs actes. Un mur du souvenir.

[ENGLISH] The complex serial killers personality has always fascinated. Novels, movies, television, some are now elevated to the rank of « heroes », as superior to ordinary mortals. Probably do they relate to our own fantasies and our own pain: how not to envy the part of them that seems to have no mercy, does not suffer and is above the law? The series offers to remember those who died at the hands of these human beings not quite like the others. Each portrait presented consists of 10,000 reproductions of the faces of their victims, often relegated to the media plan. These «Killers» wear the blindfold of the sentenced to death. Red as blood and translucent, it seems to impose to the perpetrators to face their actions.